" L' Art est une visite du temps " Ariane Angeloglou

Sublimer la mémoire : récit d' une enfant cachée à Méaudre au sein du Vercors , pendant la seconde guerre mondiale

  

Passionnée par le plateau du Vercors , en ce mois d' août  mon attention est attirée à Méaudre par l' annonce d' une visite contée du patrimoine . C'est avec talent que l'animatrice de l'Office du tourisme entraine enfants, parents et autres visiteurs dans une découverte du monde rural  à travers les yeux d' une petite fille appelée Anna , cachée à Méaudre sous le prénom de Jeannette  pendant la seconde guerre mondiale. Une enfant qui reste silencieuse. Il s' agit d' une visite décalée pour les curieux ...un conte.

Mais la curiosité suscitée l' est davantage encore lorsque nous apprenons à la fin, que cette petite fille juive a réellement existé . Elle a été scolarisée à l' école élémentaire de Méaudre qui porte son nom : Agnès Ruger-Buisson . Sur la façade de la mairie se trouve une plaque installée en 2021, par laquelle elle exprime sa reconnaissance à la population de Méaudre, ce village où elle arrive avec sa mère en décembre 1942 et qui " par son silence et son éthique, a résisté aux lois anti-juives ".  Née à Paris en 1933, elle fait partie des rares enfants rescapés de la rafle du Vel d'hiv du 16 juillet 1942 .

 Au bureau de tabac, par chance, je  trouve son témoignage publié à l' occasion de la pose de la plaque :

 Pierres et cendres , Méaudre si tu m' étais conté ...

Dans la préface de cet ouvrage édité par François Horras aux éditions du Reflet à Laval en Isère , voici ce qu' écrit Agnès Buisson:

" Vercors aux forêts de sapins denses et sombres d' où émergent des barres rocheuses ,

Vercors aux chemins creux balisés de pierres levées ,

Vercors abri contre le destin implacable qui aurait été le mien , celui d' un million cinq cent mille enfants juifs réduits en cendre .

Vercors lieu de résistance contre la barbarie, ayant enduré fermes brulées et enfants fusillés .

Vercors où vivaient ces héros du silence respectant le mien et qui savaient qu' il suffisait d' un rien pour que mon destin bascule dans l' abîme". 

Pendant trois années, les saisons se succèdent à Méaudre, havre de paix . Et  Agnès sait dire la nature généreuse :

" L' été éclata un matin sans me prévenir . Les blés ondoyaient et se doraient à vue d' oeil, dans une atmosphère chaude et généreuse . Les insectes bruissaient . Les sapins sentaient bon la résine. Je me sentais protégée. Oui je me sentais protégée . Je le savais intimement". 

Aujourd'hui Agnès Buisson est mère, grand-mère et arrière-grand-mère , conteuse, " écrivante" et médecin , elle continue à sublimer la mémoire de ceux qui sont partis en fumée et en cendres et de ceux qui lui ont permis de rester en vie. 

Elle a publié également : " Dessine moi un wagon " et " Brins de mémoire".

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article